1687  films référencés





Abonnez-vous
Recevez par courrier électronique la lettre hebdomadaire :





Passion
Rue Dorval
Lititi Mboka
Freda
Taste
Walinzi
Warsha
Temps Mort
Comme des garçons !
Regarder les étoiles
Cendres glorieuses
Benimana (Les enfants de Dieu)!
Ashkal
Dirty, Difficult, Dangerous
Cache-cache d'amour
Le Sénégal sous Abdou Diouf : regard sur le monde 
Le taxi, le cinéma et moi 
Taamaden
Fara (Faramalemy)
Valdiodio N'diaye, un procès pour l'histoire 
FICHE DU FILM

Abouna (Notre père)

Durée : 85 (minutes)
Genre : drame
Type : fiction
Année : 2002
Pays : Tchad
Acteur/trice :
Koulsy LAMKO,
Moctar Aguid HAMZA,
Garba ISSA,
Mounira MITCHALA,
Ahidjo Mahamat MOUSSA,
Zara HAROUN
Réalisateur/trice :
Mahamat-Saleh HAROUN
Scénariste :
Mahamat-Saleh HAROUN
Producteur/trice :
Abderrahmane SISSAKO,
Guillaume DE SEILLE,
Maji-da ABDI
Directeur/trice de la photo :
Abraham Haïlé BIRU
Monteur/se :
Sarah TAOUSS MATTON
Ingénieur du son :
Marc NOUYRIGAT,
Olivier LAURENT,
Laurent DREYER
Tahir (quinze ans) et Amine (huit ans) se réveillent un beau matin et apprennent que leur père a quitté la maison. Pourquoi ? Ils l'ignorent. Ils sont d'autant plus déçus que ce jour là, le Père devait arbitrer un match de football opposant les gosses du quartier. Les deux enfants attendent son retour puis décident d'aller à sa recherche à travers une longue errance dans la ville.

Son : Marc Nouyrigat, Olivier Laurent, Laurent Dreyer
Musique-Music : Diego Mustapha Ngarade
Décor : Laurent Cavero
Production : Chinguitty Films (ex-Duo Films), Goï-Goï Productions,
avec le soutien du Fonds Sud Cinéma, du ministère des Affaires étrangères (ADC Sud) et du Fonds Francophone (OIF / CIRTEF).

Propos du réalisateur
"Trop souvent, j'ai vu des films nostalgiques sur l'enfance. Abouna se veut plutôt un film sur cette dure réalité qu'est l'absence traumatisante d'un parent. Pour cela, j'ai pris, pour les rôles principaux, des enfants vivant ou ayant vécu cette douloureuse expérience. Au Tchad, je connais beaucoup d'enfants qui, du fait de la guerre ou encore pour d'autres raisons, ont vu leur père partir. Abouna, film sur les enfants, est totalement raconté de leur point de vue, laissant libre cours à leur imaginaire, leur crédulité… Quant à la caméra, elle est très libre, comme l'est l'esprit du film, qui s'est fait tout en improvisation pour capter la vérité des enfants. Une caméra qui bouge autant que les gamins pour mieux saisir leur énergie. "

FESPACO 2003: Prix de la meilleure image décerné à Abraham Haile Biru
Quinzaine des Réalisateurs - Cannes 2002


Distribution : Cinémathèque Afrique (Institut Français) (PARIS)
Distribution : mk2 Films (Paris)
Production : Chinguitty Films (ex-Duo Films) (Paris)
bailleur de fonds : Organisation internationale de la francophonie (OIF) (PARIS)
Ministère : Ministère des Affaires étrangères (France) (Paris)
Production : Arizona Films [France] (ASNIERES SUR SEINE)
bailleur de fonds : Fonds Sud Cinéma (PARIS)


Plan du site Mentions légales Contact
 
En partenariat avec :