fermer fermer recherche
fiche du film
Abonnez-vous
Recevez par courrier lectronique la lettre hebdomadaire :

Tags
ombre

Ce n'était pas ça, mon rêve

Durée : 26 (minutes)
Genre : socit
Type : documentaire
Année : 2013
Pays : Cte d'Ivoire
Ralisateur/trice :
Joseph Naka EPOKOU
Série "Grandes causes - protection de l'environnement"
Roger Gnoan M’bala, cinéaste et natif de Grand Bassam est impuissant face à l’avancée rapide de sa mer sur les plages de sa ville natale. Il a 71 ans aujourd’hui et depuis l’âge de 5 ans il se promène et joue sur les plages de Grand Bassam mais aussi sur celles d’Azuretti, village et quartier de la ville de Grand Bassam. C’est sur ces plages qu’il va pour trouver ses idées de films.
Mais depuis quelques années, environ une dizaine, il voit la lagune avancer. Il change chaque année la place de son bureau transportable sur la plage. Quand la mer avance, lui, recule. Il n’a pas mis trop de temps à comprendre ce qui se passait, pour l’homme de culture qu’il est. Il a tout de suite compris que le changement et le réchauffement climatique de la planète étaient à la base de tout ça.
  • Des façades de maisons lézardées par des vagues.
  • Une rangée de cocotiers dont les racines sont visibles et qui sont sur le point de s’affaisser.
  • Plus d’une trentaine de mètres sépare les maisons de la mer.
Gnoan M’bala se rend vraiment compte que Grand Bassam et ses populations  sont menacées de disparition. Et ce, par une érosion provoquée due à l’avancée de la mer. Depuis le mois d’Août 2011, le phénomène de l’érosion côtière va crescendo. La mer a avalé plusieurs mètres de terre en 24 heures. Et le phénomène se poursuit.
A Azuretti, c’est la déception totale. Dans ce village, comme dans certains villages du département selon Nanan Bognini, plus de 471 km de terre ont disparu. Une partie du peuple a migré ailleurs. L’autre partie restée sur place, vit chaque jour dans la peur.
A port Bouet, ils verront les dégâts de la mer lors de la dernière sortie de son lit. Les deux personnalités en rencontreront  d’autres qui donneront leur avis sur ce sujet et proposeront des solutions pour empêcher l’avancée de la mer sur les côtes ivoiriennes.
Gnoan M’bala qui voit que ce n’est pas seulement sa ville natale qui est menacée, a réalisé un petit film sur l’érosion côtière en Côte d’Ivoire.  Il le fera visionner à sa petite-fille en même temps que le monde entier pour dire que si rien n’est fait, Grand Bassam sa ville natale, Abidjan, toute la Côte d’Ivoire et pourquoi pas le monde entier seront dévorés par la mer, à cause du changement et réchauffement climatique de la planète.  Ce n’était pas ça son rêve…

Produit avec le concours du Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud
Plan du site Mentions lgales Contact
Organisation internationale de la francophonie en partenariat avec :
Africultures Africine Clap Noir Cirteff