1666  films référencés





Abonnez-vous
Recevez par courrier électronique la lettre hebdomadaire :





LES OUBLIES
La  maison Bleue
OASIS
AUTRES SOLEILS D'AFRIQUE
Qu'Allah bénisse Mora
Au cimetière de la pellicule
Nuit Debout

Africaines garage

ROI KEITA

Assinie

Kaïssé (fleur de flamboyant)

De plus en plus loin
CACAO (2ème Partie)
Classe de rêve
Les témoins de l'ombre
Sur les traces d'Idrissa Ouedraogo
La vie est un chemin de fer
Pierrette
Tête coupée
On va renaître
FICHE DU FILM

L'homme qui avait vendu sa peau

Durée : 90 (minutes)
Genre : drame
Type : fiction
Année : 2019
Pays : Tunisie
Réalisateur/trice :
Kaouther BEN HANIA
Producteur/trice :
Habib ATTIA
de Kaouther Ben Hania (Tunisie)
Long-métrage de fiction, 90'
Production : Cinétéléfilms (Tunisie)
Aide à la production du Fonds Image de la Francophonie (session 2018) : 50 000 €

Sam Ali, un jeune syrien, se réfugie au Liban pour fuir la guerre. Clandestin, il vivote et passe son temps à faire les pique-assiettes dans les galeries d’art de Beyrouth hanté par le souvenir d'Abeer, son grand amour, exilée en Italie depuis quelques mois. Un soir, Sam Ali rencontre Jeffrey Godefroi, l’artiste américain le plus sulfureux et le plus coté du marché de l’art contemporain de notre époque. Il propose à Sam Ali de tatouer un visa Schengen sur son dos lui permettant une libre circulation. Ne voyant là que l'unique espoir de revoir Abeer, Sam Ali accepte ce pacte faustien. 
Entre les mains de Jeffrey Godefroi, Sam Ali devient un objet d'art, une oeuvre marchande. Lui qui ne connaît rien à l’art contemporain et qui s’en moque se retrouve propulsé dans cette sphère qui lui est complètement étrangère, pris au piège d'un système inhumain. Toujours dénié, il passe d'un statut d'anonyme, d'invisible "sans-papiers" à celui d' « oeuvre d'art » reconnue et sollicitée, voyageant dans le monde entier. Sa peau tatouée vaut une somme astronomique sur le marché de l’art, les collectionneurs s’y intéressent, les enchères montent, les activistes des droits de l’homme s’indignent. Du Musée du Louvre aux galeries d'art new-yorkaises en passant par les réceptions royales du Danemark jusqu’à l’enfer de l’Etat Islamique (Daesh), Sam Ali demeure fidèle à lui-même, intègre et amoureux. Pour lui, seule sa passion pour Abeer compte. C’est elle qui guide ses choix. Mais comment sortir de ce piège, comment regagner l’estime d’Abeer, comment redevenir un homme ? Tel est le dilemme de Sam Ali, l’homme qui avait vendu sa peau.

 



Plan du site Mentions légales Contact
 
En partenariat avec :