1666  films référencés





Abonnez-vous
Recevez par courrier électronique la lettre hebdomadaire :





LES OUBLIES
La  maison Bleue
OASIS
AUTRES SOLEILS D'AFRIQUE
Qu'Allah bénisse Mora
Au cimetière de la pellicule
Nuit Debout

Africaines garage

ROI KEITA

Assinie

Kaïssé (fleur de flamboyant)

De plus en plus loin
CACAO (2ème Partie)
Classe de rêve
Les témoins de l'ombre
Sur les traces d'Idrissa Ouedraogo
La vie est un chemin de fer
Pierrette
Tête coupée
On va renaître
FICHE DU FILM

Al' lèèssi, une actrice africaine

Durée : 69 (minutes)
Genre : historique
Type : documentaire
Année : 2004
Pays : Niger
Acteur/trice :
Moustapha ALASSANE,
Zalika SOULEY,
Mahamane BAKABÉ,
Moustapha DIOP
Réalisateur/trice :
Rahmatou KEÏTA
Scénariste :
Rahmatou KEÏTA
Âgée d'une cinquantaine d'années, Zalika Souley vit dans une banlieue de Niamey, capitale du Niger. Dans la maison de deux pièces où elle s'occupe de ses quatre enfants, il n'y a ni eau courante ni électricité. Il y a trente ans pourtant, Zallika était une star du grand écran - la première actrice africaine vraiment professionnelle. Elle a joué dans de nombreux films et travaillé avec les plus grands metteurs en scène nigériens, Moustapha Alhassan et Oumarou Ganda, et avec des réalisateurs d'autres nationalités, comme Adamu Halilu (Nigéria) ou Serge Moati (France). Mais aujourd'hui, qui se souvient d'elle ? Et de quoi se souvient-elle ? Au gré de ses activités quotidiennes, ce documentaire évoque avec Zaliika son glorieux passé cinématographique, ses différents films, ses relations avec les réalisateurs et les autres acteurs. Elle nous parle également de la situation actuelle du cinéma africain et de ses activités de comédienne de théâtre.

Propos de la réalisatrice :
" L'histoire du cinéma africain est relativement jeune. Durant l'entre-deux-guerres, le cinéma occidental débarque sur le continent, avec des westerns, des films policiers et des films d'aventure. Des films de Blancs à destination d'une population colonisée. Comme au début du cinéma en Europe, le public s'identifie très profondément avec ce qui se passe à l'écran, notamment avec les acteurs-personnages. Mais, au début des années soixante, des films commencent à être tournés par les Africains eux-mêmes. La Guinée puis le Sénégal inaugurent le cinéma africain.
C'est sans doute au Niger que s'est développée la première mini-industrie du cinéma au sud du Sahara. L'influence de Jean Rouch n'y est pas étrangère. Les deux premiers grands cinéastes nigériens, Moustapha Alhassan et Oumarou Ganda, ont été ses assistants, avant de se lancer avec succès dans la réalisation.
C'est dans ce contexte qu'a émergé Zaliika Souley. Première actrice africaine vraiment professionnelle, elle a accompagné tout le cinéma nigérien des années soixante jusqu'à aujourd'hui. Son nom a progressivement grandi sur les affiches, mais sa notoriété cinématographique a paradoxalement nui à sa vie de femme. Ses rôles, de la femme adultère à l'entremetteuse en passant par la prostituée lui ont collé à la peau au point d'en faire aujourd'hui une sorte de bannie. Elle a traversé trois décennies de cinéma, pourtant personne ne le sait.
Raconter l'histoire de cette actrice, c'est évoquer l'histoire du cinéma nigérien et plus globalement du cinéma africain, un cinéma méconnu qui éprouve bien des difficultés à exister. Raconter la vie de Zaliika, c'est aussi aborder la question de la place de la femme dans la société moderne africaine. "

Réalisation, Scénario : Rahmatou Keïta

Avec
Zalika Souley, Moustapha Alassane, Mahamane Bakabé, Moustapha Diop, Boubacar Souna

LIEU DE TOURNAGE
Niamey, ­Tahoua, Saaga

DUREE TOURNAGE
6 semaines

DOCUMENTS
Extraits des films :
LE RETOUR D¹UN AVENTURIER, (MOUSTAPHA ALASSANE), ­
SI LES CAVALIERS,
MARTABA (MAMAN BAKABÉ) ­
CABASCABO,
LE WAZZOU POLYGAME,
SHAÏTANE (OUMAROU GANDA) ­
AUBE NOIRE (DJINGAREY MAÏGA),
LE MEDECIN DE GAFIRE (MOUSTAPHA DIOP)

Format
DVCAM
DVD

avec le soutien du Fonds Francophone de production (OIF, Cirtef)

Distribution : Sonrhay Empire Productions (Niamey)
Production : Sonrhay Empire Productions (Niamey)
bailleur de fonds : Organisation internationale de la francophonie (OIF) (PARIS)


Plan du site Mentions légales Contact
 
En partenariat avec :