1678  films référencés









Le Sénégal sous Abdou Diouf : regard sur le monde 
Paris à tout prix
L'oeuf 
Passe-Partout
Les aventures de Moussa le Taximan
Samba Traoré
Le grand blanc de Lambaréné
Quartier Mozart
Mange, ceci est mon corps
Les aventures de Tikoulou, au pays du dodo
Papa Nzenu conte l’Afrique
Pièces d'identités
Jawhara, fille de prison
Deweneti (Ousmane)
Juju Factory
Ségou Fanga
La Cathédrale
Une urgence ordinaire
LES OUBLIES
La  maison Bleue
A L'AFFICHE

Point Sud Bamako : Valdiodio Ndiaye, Iwalewa Haus, Ken Bugul, Jean-Claude Barny, Sami Tchak, Fou Malade...

22/05/2014
Universitaires et artistes ont (dé)tricoté les imaginaires du renouveau, à l'Université de Dakar, durant un atelier.
Centre de recherche sur le savoir local, Point Sud est basé à Bamako (Mali) et entend jouer un rôle déterminant pour contribuer à l'élaboration d'une science postcoloniale qui dépasse les barrières nationales / linguistiques et encourageant les échanges entre différentes écoles de pensée.
L'organisme a été créé par l'Université Goethe de Francfort (Allemagne) et la Fondation allemande pour la recherche (DFG), avec plusieurs universités africains dont celle de Dakar - Cheikh Anta Diop, pour organiser des activités relatives aux sciences sociales et humaines.



C'est dans ce cadre que des artistes et universitaires se sont réunis du 17 au 21 mai 2014, à Dakar, la capitale sénégalaise, autour du thème "Les Imaginaires du renouveau". Venus d'Allemagne, Sénégal, Gabon, Togo, Afrique du Sud, Guadeloupe, Etats-Unis, ils ont partagé un ensemble de travaux de réflexion, des visites sur des lieux liés à la révolte dans les Arts à Dakar (par exemple le siège de Y'en a marre) et la Biennale de Dakar.

Deux artistes sénégalais majeurs étaient conviés : l'écrivain Ken Bugul (Mariétou Mbaye Bilèoma, métisse sénégalo-béninoise) et le rappeur Fou Malade (de son vrai nom Malal Almamy Tall), rejoints aussi par Sophia Denise Sow (membre fondatrice de Y'en a Marre, collectif patriotique, pacifique et apolitique).

Ulf Vierke (Directeur du Iwalewa Haus, Centre d'études africaines de Bayreuth) faisait partie des participants, avec Nadine Siegert, Directrice adjointe de la même institution. Fondée par Ulli Beier, cette dernière est aussi un Musée d'Art contemporain qui réunit divers arts du continent africain depuis une trentaine d'années, dans la ville du musicien Richard Wagner.
L'équipe d'organisation (Université de Bayreuth) était également composée de la Professeure Ute Fendler, Aminata Cécile Mbaye, Viviane Azarian, outre Maroua El Naggare (restée en Bavière).
 

 
Soutenu par le Fonds Francophone (OIF / CIRTEF), le film Valdiodio N'Diaye et l'indépendance du Sénégal de la réalisatrice Amina N'Diaye Leclerc a été projeté au Goethe Institut de Dakar, devant un public très attentif à ce documentaire qui époussette l'histoire politique du Sénégal. Le 3ème haut personnage de la jeune nation sénégalaise, Valdiodio Ndiaye, a couvert de sa stature l'effroyable parenthèse coloniale.
Le 26 août 1958, sur la Place Protêt (actuelle Place de l'Indépendance, Dakar), face au Président français Charles De Gaulle, Valdiodio Ndiaye a rappelé que la liberté ne peut souffrir de délais, ni d'exceptions. Le Président Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia, Premier Ministre étaient furieusement absents tous deux, pour cette visite décisive. Cette place devrait bientôt être (officiellement) rebaptisée Place Valdiodio Ndiaye.
 

 
Le réalisateur guadeloupéen Jean-Claude Flamand Barny a présenté, quant à lui, son premier long métrage Neg Maron (et si le soleil ne revenait pas ?) qui avait fait trois cents mille entrées lors de sa sortie sur les écrans, en 2005. C'est l'histoire de Josua et Silex, deux jeunes amis d'enfance à la dérive, issus d'un milieu familial et social explosé, au début des années 2000, dans un quartier populaire où se côtoient des personnages chaleureux, hauts en couleurs. La violence de l'île et l'escalade de situations déroutantes vont mettre leur amitié à rude épreuve… Ce film précurseur annonce déjà les révoltes et grèves qui vont chercher à renouveler la société française, avec le LKP ("Lutte contre l'exploitation excessive"), bousculant en 2009 l'oligarchie issue des anciens esclavagistes aux Antilles.
 
Parmi les autres participants citons l'écrivain togolais Sami Tchak, le sociologue gabonais (par ailleurs romancier) Joseph Tonda, ou le germaniste sénégalais Louis Ndong auteur d'une thèse sur Sembène Ousmane.
Le Atelier Point Sud 2014 - Les imaginaires du renouveau est le Premier de la série des événements du Programme Point Sud 2014. Un appel à candidatures est ouvert pour l'année prochaine : Appel a Candidature 2015 (cliquer sur le lien).
 
Thierno I. Dia
Images Francophones
 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter le Dr. Marko Scholze (Université de Francfort, Coordinateur du Programme Point Sud Bamako), scholze@em.uni-frankfurt.de, Tél. : 49 (0) 69-798-33230 ou 49 (0)1601035354
Site officiel : http://pointsud.org/

Plan du site Mentions légales Contact
 
En partenariat avec :