Arlit, deuxième Paris

Née des mines d'uranium et de l'immigration, Arlit, ville située dans le désert nigérien était l'équivalent dans les années 70, pour la sous-région africaine, du New York du 19è siècle. Une sorte de terre d'aventure où il paraissait possible à tout un chacun de se faire une situation meilleure. La rébellion touarègue et la chute des cours de l'uranium ont changé la donne. Au cours de son précédent tournage, le réalisateur a retrouvé le viel Issa qui l'avait hébergé à Arlit au Niger alors qu'il partait pour l'Europe. C'était il y a dix sept ans. Il décide alors de suivre le viel homme qui se rend une dernière fois à Arlit pour voir son fils et ses anciens amis. C'est l'occasion pour le réalisateur de nous faire découvrir cette ville à la frontière du désert. Ancien eldorado et plaque tournante de la région dans les années soixante dix en raison de l'exploitation de l'uranium par la COGEMA, devenue une ville fantôme depuis la rébellion touareg et le départ annoncé de la société française, Arlit s'est aussi métamorphosée en lieu de transit pour les clandestins en partance pour l'Algérie. Ce film met également en évidence l'étonnant mélange de populations dû aux couches de migrations successives qui font de ce lieu un endroit unique et magique. 


2005 : FIFAM - Festival International du Film d'Amiens - Amiens (France) - Prix "Amiens Métropôle"

2005 : FCAT - Festival de Cine Africano - Tarifa (Espagne) - Meilleur Documentaire

2005 : IFFI - International Filmfestival Innsbruck - Innsbruck (Autriche) - Prix de l'Institut français

2005 : FIFF - Festival International du Film Francophone de Namur - Namur (Belgique) - Prix TV5 du Meilleur Documentaire

2005 : Festival international du film de Berlin - Berlinale - Berlin (Allemagne) - Forum