Bernard Dadié, un homme de liberté

Série (1 x 78')
BERNARD DADIE (Côte d'Ivoire)
Commission Fonds Francophonie TV5MONDEplus - Commission 2021
Aide à la production : 50 000 €

  • Durée : 78'
  • Format : Long
  • Type : Série
  • Année : 2022
  • Pays : Côte d'Ivoire

Dans une salle de classe, des élèves préparent l’hommage qu’ils rendront à Bernard Dadié lors de ses obsèques. Tous en choeur, ils récitent un poème. Leur professeur en pro@ite pour leur raconter l’enfance de l’écrivain et son rapport dif@icile avec l’école. De son côté, Nicole Vinceleoni s’active à la fondation Bernard Dadié. Elle qui depuis des années trie et range tous les écrits de l’homme, accède maintenant à un bureau beaucoup plus personnel et prend connaissance d’une montagne de notes et de correspondances. Un des élèves est présent auprès d’elle et pendant qu’elle trie des documents, lui lit un extrait autobiographique de « Climbié ». L’occasion pour Nicole de revenir sur l’enfance de l’écrivain. De là, commence un enchevêtrement de témoignages de Bernard Dadié, d’extraits de ses oeuvres et de correspondances. Entre analyses et témoignages, nous dresseront un portrait intime de cet homme. De lui, qui a in@luencé l’histoire de son pays, nous chercherons ce qui, dans son entourage l’a poussé et à fait de lui cet homme qui avait tant à dire. Si la chronologie est globalement respectée, c’est surtout par le genre littéraire et certaines thématiques que le @ilm sera chapitré. Nous n’hésiterons pas à effectuer des retours en arrière pour revenir chercher dans l’enfance de Dadié, certains moments clés. La poésie d’abord, puis le conte, comme le pagne noir qui nous ramène vers l’appartenance de Dadié au peuple Akan ou le roman qui révèle des pans autobiographiques. Pour ses études, Bernard Dadié part à Dakar. De là commence son oeuvre théâtrale et surtout, des correspondances qui ne cesseront tout au long de sa vie. Avec un engagement politique qui débute à ce moment là, lorsque la distance prise lui donne plus de recul face à la situation et que son père lui intime l’ordre de rentrer au pays. Lorsque Bernard Dadié rentre en Côte d’Ivoire en 1947, il se lance comme journaliste. Là encore, c’est dans son enfance que l’on retrouve les prémices de ce goût pour le journalisme et auprès de son père celui du militantisme. 1949, c’est l’arrestation de Bernard Dadié et son séjour en prison. C’est un moment symboliquement très fort dans la vie de Dadié, non seulement par la dureté de ce qu’il représente, mais également par le fait qu’il fait côtoyer. Dadié le journaliste avec Dadié le poète. C’est aussi le moment de la rencontre avec son épouse, qui jouera un rôle très important dans la vie de Dadié. Lors de son passage en prison, les femmes ont eu leur importance dans le combat pour sa libération et il en a gardé une grande gratitude. Là encore, de nombreuses correspondances en témoignent. Parallèlement à son travail de journaliste, il continue son oeuvre littéraire au travers de contes, romans et poèmes. Bernard Dadié nous explique sa mise à l’écart après sa sortie de prison, ainsi que son besoin d’écrire des pièces de théâtre. Témoignages des personnes qui lui ont commandé la première pièce de théâtre. Il s’agit pour lui de toucher un public illettré mais pas inculte comme il l’explique. Extraits de pièces comme « Monsieur Thogo Gnini » ou « iles de tempêtes ». Dans les années 70, son théâtre fait le bilan de 10 ans d’indépendance et sonne comme une mise en garde. Lorsqu’il devient ministre, par son parcours il a déjà prouvé qu’il sait toucher à de nombreux genres littéraires et que la culture est au coeur de son combat vers la liberté. La culture est ce qui rassemble . « Créons pour ne pas mourir des imitations » dit-il en interview. De nombreuses personnalités témoigneront alors de son passage au ministère de la culture et à celui de l’éducation et de l’empreinte qu’il y a laissé. C’est avec une interview de Bernard Dadié sur le rôle de l’écrivain et cette nécessité qu’il a eu de lutter sans trêve, a@in que la grande étoile de la liberté luise pour les cinq continents que nous @inirons cette série de témoignages. Puis les obsèques du grand homme clôtureront le @ilm, et parmi les hommages, nous retrouverons celui des slameurs , qui reprendront un poème de Dadié, ainsi que celui de Nicole Vinceleoni, qui nous aura guidés tout au long de cette quête à la rencontre de l’homme.